OREMIS

04 42 41 19 50

Nous contacter par téléphone

contact@oremis.com

Nous contacter par email

Lutter contre le harcèlement scolaire : comprendre, prévenir, agir 

Le harcèlement scolaire n’est pas chose nouvelle au sein des cours de récréations et des bancs de classe. En France, un enfant sur 10 est considéré comme étant victime de ce phénomène.  Ainsi comprendre le contexte dans lequel il s’exerce et évolue,  c’est faciliter sa prévention et sa gestion.

Qu’est-ce que c’est et comment reconnaître une situation d’harcèlement?

« Un élève est victime de harcèlement lorsqu’il est soumis de façon répétée et à long terme à des comportements agressifs visant à lui porter préjudice, le blesser ou le mettre en difficulté de la part d’un ou plusieurs élèves. Il s’agit d’une situation intentionnellement agressive, induisant une relation d’asservissement psychologique, qui se répète régulièrement. » Olweus

Dans le cadre scolaire, les situations de harcèlement sont nombreuses. Au primaire et collège notamment, plus rarement au lycée. En général, ces agissements sont commis par un groupe d’élèves à l’égard d’un autre groupe ou d’un enfant seul. Il peut s’agir de violence morale ou de violence physique. Le harcèlement revêt des aspects différents en fonction de l’âge et du sexe.

Il est fondé sur le rejet de la différence et sa stigmatisation. Cette différence peut être absolue ou relative.

La victime se retrouve dans une position ou elle renvoie au groupe une image altérée de lui-même, s’intégrant dans une histoire ou une particularité qui est vécue comme une douleur invivable, car innommable.

Le harceleur possède une blessure personnelle à panser ou un compte à régler. Il y a une question non posée qui ne trouve pas de réponse. Projeter vers l’extérieur son mal-être personnel permet ainsi de le localiser, de l’identifier et de le nommer pour déverser sa colère par la suite. La victime renvoie au harceleur ce qu’il n’est pas et ce qu’il n’a pas.

Le harceleur en veut à sa victime et n’a d’autre solution que d’entraîner l’autre dans sa chute. Il n’a pas de prise ou de point d’ancrage sur ce qui le constitue et ne supporte pas ce qui lui échappe ou ce qu’il ne comprend pas.

Le harcèlement est un phénomène de groupe, il ne se maintient que parce que les pairs le soutiennent, l’encouragent ou feignent de l’ignorer, soulagés de ne pas être à la place de la victime. Les spectateurs peuvent appartenir à l’un ou l’autre « profil ». Il peut arriver qu’un spectateur puisse devenir à son tour soit harceleur, soit harcelé.

Malgré le fait que les situations de harcèlement prennent place au sein de l’établissement scolaire ou ses alentours, ce sont les parents qui peuvent percevoir les premiers signes. Une situation de harcèlement découle d’un manque de vigilance des adultes. Une mauvaise dynamique interne avec les adultes de la communauté éducative rend difficile la surveillance des rapports entre élèves.

Ainsi pour les parents, il est dur d’identifier une situation de harcèlement car plusieurs signes qui illustrent celles-ci se retrouvent également dans d’autres situations : maltraitance, violences sexuelles, difficultés familiales, etc… L’adulte doit être conscient que le harcèlement figure parmi l’un des risques à envisager.

Tout changement brutal d’attitude, de comportement ou de résultats scolaires doit alerter, de même que l’isolement, les retards systématiques et l’absentéisme.

Quelles sont les pistes pour gérer les situations de harcèlement et comment le prévenir?

4 axes de résolution : sensibiliser, former, prévenir, et prendre en charge

L’ambiance entre adultes au sein de l’établissement scolaire, c’est-à-dire leur engagement commun et le partage des mêmes valeurs éducatives, est la variable la plus importante pour limiter le risque de survenue de harcèlement entre élèves. Il est nécessaire de mettre en place des espaces d’échanges pour encourager la prise de parole aussi bien entre adultes qu’entre élèves. L’idée est de faciliter le dialogue et la communication interne au sein de l’établissement et externe avec les parents. La coopération tend à créer une dynamique favorable à la réussite et la cohésion est un facteur protecteur contre les violences.

L’implication des parents dans la mise en place de la prévention constitue un gage de réussite. Cette cohérence au niveau éducatif confère un poids davantage notable au message délivré conjointement par les adultes, permettant ainsi son inscription dans les schémas relationnels des enfants tout au long de leur vie.


 

Il est important d’instituer des règles de vie compréhensibles et adaptées à l’âge des élèves. Aucune punition ne peut être efficace si elle ne s’accompagne pas d’une prise conscience.

Il est essentiel d’inculquer précocement aux enfants les valeurs de partage et l’acceptation de la diversité.

Apprendre à vivre ensemble est l’un des objectifs de l’école. Vivre ensemble ne se décrète pas mais s’apprend; aucune action ponctuelle n’aura d’effet. Il est nécessaire que les équipes éducatives, les parents et tous les adultes concernés fassent de ce travail de prévention une priorité et l’inscrit dans la durée. Le temps constitue le principal facteur de réussite de toute nouvelle action.

Seule la mobilisation conjointe et durable des adultes – des parents comme des équipes éducatives – permettra de lutter contre cette forme de violence qui n’épargne aucun établissement scolaire.

3020 : numéro d’écoute et de prise en charge au service des familles et des victimes

Pour aller plus loin :

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/interception/interception-du-dimanche-20-fevrier-2022-8936489

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Nous utilisons les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur, vous pouvez accepter tous les cookies ou les personnaliser. View more
Accepter