Les enfants en situation de handicap sont-ils prioritaires pour être rescolarisés ?

 

 

Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat au Handicap, s’est exprimée le 6 mai 2020 sur RMC, à propos de la rentrée des classes post-confinement pour les élèves en situation de handicap.

Elle affirme que Les personnes handicapées sont des citoyens à part entière, des sujets de droit et non pas des objets de soins, il ne faut surtout pas qu’elles soient discriminées au regard de leur handicap et d’une vulnérabilité supposée”, ce qui traduit une volonté d’offrir aux parents la possibilité de remettre sur les bancs de l’école leurs enfants en situation de handicap dès la réouverture de leur établissement scolaire.

Malheureusement, beaucoup de parents se sont vus refuser ce retour à l’école par les enseignant(e)s et accompagnant(e)s d’élèves en situation de handicap (AESH), pour des raisons sanitaires, notamment la distanciation sociale imposée, qui ne peut convenir à l’accompagnement de certains enfants.
En effet, la représentante du collectif AESH national CGT, Hélène Elouard, raconte : “Nous sommes à côté des élèves, ils nous crachent dessus, nous devons parfois les prendre dans nos bras, les porter, les moucher, se saisir de leurs mains, de leurs outils, les emmener aux toilettes, les habiller, les déshabiller…” .

On en comprend ainsi que les méthodes d’enseignement traditionnelles ne sont pas vraiment une solution en ces temps de crise, et que le retour en classe d’une part des enfants en situation de handicap, risque de devoir encore attendre.

En attendant un retour à la normale, d’autres alternatives peuvent s’offrirent à vous et votre enfant, comme les cours de soutien en ligne gratuit que proposent OREMIS et la Réserve Civique. Pour plus d’informations sur ces cours en ligne : madeleine.boxberger@oremis.com