Le Cyberharcèlement : Le fléau des nouvelles technologies

Une fille reçoit des messages de haine sur son téléphone, tels que

Pour terminer notre série de découverte des différents types de harcèlement, nous allons aujourd’hui vous présenter une “méthode” de harcèlement très récente, puisqu’elle n’existait pas il y a encore 20 ou 30 ans. Nous parlons évidemment du Cyberharcèlement.

 

Apparu en même temps que la démocratisation du téléphone portable, d’Internet, des blogs puis des réseaux sociaux chez les jeunes, le cyberharcèlement est souvent la forme la plus oppressante de harcèlement pour les personnes qui en sont victimes.

En effet, le harcèlement physique, moral ou sexuel se déroulent généralement dans un lieu bien précis (généralement à l’école ou au travail), mais le cyberharcèlement et son oppression sur la victime peuvent opérer n’importe où. Qu’elle soit chez elle, dans la rue, dans le métro, en vacances…., tant que la victime a son téléphone portable ou son ordinateur avec elle, elle peut être harcelée.

De plus, cette méthode de harcèlement comprends les 3 formes de harcèlement dont nous vous avons parlé précédemment.

Et pour finir, la lutte contre le cyberharcèlement est souvent complexe car les harceleurs peuvent se cacher derrière de fausses identités, de fausses adresses mails, de fausses adresses IP… Bref il est souvent compliqué d’identifier les cyberharceleurs.

 

Vous comprendrez donc assez facilement le potentiel dévastateur de cette forme de harcèlement.

Nous vous rappelons que ces actes ne sont pas anodins et peuvent détruire les personnes qui en sont victimes, allant jusqu’à se dévaloriser elles-même à tort, tomber dans une dépression plus ou moins importante, et parfois les mener à agir de manière irrationnelle pour essayer de se sentir mieux, au détriment de leur propre santé.

OREMIS vous rappelle également que harceler quelqu’un est un délit, passible d’au moins 1 an de prison et 15 000€ d’amende si vous êtes majeur, d’au moins 6 mois de prison et 7500€ d’amende pour un adolescent de plus de 13 ans, et de mesures ou sanctions éducatives pour mineurs délinquants pour un enfant de moins de 13 ans.

(Sans compter les circonstances aggravantes)

 

Quoi qu’il en soit, si vous êtes victime de ces agissements, nous vous recommandons :

 

-De signaler auprès des administrateurs les contenus publiés sur les différents réseaux sociaux et sites internet,

-De bloquer les comptes et numéros de téléphones des personnes qui vous harcèlent,

-De dénoncer les personnes qui vous harcèlent auprès de votre chef d’établissement / CPE si vous êtes victime de harcèlement dans le cadre scolaire (= si le harceleur est un élève, un enseignant ou un membre du personnel de votre école / collège / lycée), et / ou auprès des forces de l’ordre,

-De contacter des associations comme OREMIS, qui pourront vous aider et vous aiguiller pour résoudre ces affaires au plus vite,

-D’en parler à vos proches, à vos parents, vos amis proches, ou à un professionnel de santé (infirmière scolaire, psychologue….) Extérioriser son mal-être par la parole auprès d’une personne de confiance est le remède le plus efficace pour apaiser une souffrance morale !

N’hésitez pas à nous contacter au 06.19.86.99.22, à contact@oremis.com ou par message privé sur nos réseaux.